• 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5

Artistes

Véritable prodige, Stéphane Tétreault qui n'a que 23 ans, s’est fait connaître sur la scène internationale en tant que récipiendaire d'un Stradivarius de 1707 qui lui est généreusement prêté par Madame Jacqueline Desmarais.

Détenteur d’innombrables prix et distinctions, Stéphane est lauréat de la toute première Bourse de carrière Fernand-Lindsay et du Prix Choquette-Symcox en 2013. Premier prix au Concours de l’Orchestre symphonique de Montréal Standard Life-OSM 2007, il a été nommé Révélation Radio-Canada 2011-2012 en musique classique.

Il a travaillé avec les chefs Michael Tilson Thomas, Kent Nagano, Paul McCreesh, Julian Kuerti, Timothy Vernon, James Feddeck et bien d’autres. Nommé premier soliste en résidence de l’Orchestre Métropolitain pour la saison 2014-2015. Il fera ses débuts avec l'Orchestre symphonique de Philadelphie, sous la direction de Maestro Nézet-Séguin en octobre 2016. Stéphane, a étudié pendant plus de 10 ans sous la tutelle du regretté violoncelliste et chef d’orchestre Yuli Turovsky. Il est titulaire d’une maîtrise en interprétation à l’Université de Montréal. 

Maxim Bernard commence ses études de piano à 13 ans alors qu’il découvre sa passion. Son évolution est fulgurante, à 18 ans on l’invite à jouer le magnifique Quatrième concerto de Beethoven avec l’Orchestre symphonique d’Edmonton !

Après avoir complété sa formation au Conservatoire de musique de Québec avec la pianiste Suzanne Beaubien-Lowe, sa grande passion l’amène à poursuivre ses études avec l’une de ses idoles, le pianiste André Laplante, à l’École Glenn Gould à Toronto.

En 2004, il fait la rencontre du légendaire pianiste Menahem Pressler au Centre d’arts Orford et le courant passe instantanément entre eux. Après avoir écouté sa prestation, Pressler lui dit : « Je crois en ton futur ! » Quelques mois plus tard, Maxim part étudier avec son nouveau mentor à l’Université d’Indiana où il y complète une maîtrise et un doctorat en interprétation.

Maxim apprécie énormément jouer avec des orchestres. On a pu l’entendre avec l’Orchestre symphonique de Québec, l’Orchestre philharmonique du Nouveau Monde, l’Orchestre symphonique de Peterborough, l’Orchestre symphonique de Bloomington et Les Violons du Roy, pour n’en nommer que quelques-uns.

 


La soprano Suzie LeBlanc a commencé sa carrière en remplaçant Emma Kirkby au sein du Consort of Musicke et s’est spécialisée en musique baroque. Alliant concerts, recherche et enseignement, sa curiosité musicale l’a amenée vers la mélodie française, le lied, la musique traditionnelle acadienne et la musique contemporaine. Suzie LeBlanc a enregistré pour ATMA Classique, Analekta, Chandos, Das Alte Werk, Harmonia Mundi, Hyperion et Teldec. Elle a aussi participé à des enregistrements couronnés par plusieurs prix prestigieux ; un Grammy et deux prix Opus, notamment. Au cours de sa carrière internationale, Suzie Leblanc a collaboré avec de nombreux ensembles renommés tels que le Blue Engine String Quartet, le consort de violes Fretwork, l'ensemble Constantinople, Les Idées Heureuses, le Portland Baroque Orchestra, le Quatuor Alcan et l'ensemble jazz Mélosphère, entre autres. Polyvalente, Suzie LeBlanc s’est distinguée dans le premier rôle de « Lost Song » (Rodrigue Jean) qui a gagné le prix du meilleur film canadien au Festival international du film de Toronto (TIFF) en 2008. De plus, elle a fondé l'organisme

Le Nouvel Opéra dont elle assure la direction artistique. Récipiendaire de l’Ordre du Canada (2015), elle a aussi obtenu la prestigieuse bourse de carrière du Conseil des Arts et des Lettres du Québec (2010) et reçu quatre doctorats honorifiques.

 

Deux fois boursier de la Fondazione Marco Fodella, Michel Angers s’est perfectionné en musique ancienne sous la direction de Paul Beier, à l’Accademia Internazionale della Musica di Milano, à Milan.

Prix avec grande distinction à l’unanimité du Conservatoire de Musique du Québec, Michel Angers a été boursier de nombreux organismes à vocation culturelle dont le Conseil des arts et des lettres du Québec, l’Académie de musique du Domaine Forget, Tafelmusik Baroque Summer Institute de Toronto et le Oberlin Baroque Performance Institute.

Gagnant de la finale nationale du Concours de Musique du Canada en 2005, Michel Angers est très actif sur la scène musicale internationale et a notamment joué avec Ensemble Constantinople, Les idées heureuses, Les Violons du Roy, Da Sonar, Theater of Early Music et Tafelmusik.

En 2011, Michel Angers a remporté le Prix à la création artistique pour la région de Chaudière-Appalaches remis par le Conseil des arts et des lettres du Québec. Il a enregistré avec Consort Baroque Laurentia et la soprano Peggy Bélanger. Pour le label italien Stradivarius Amanti, io vi sò dire (2011) et Passioni, Vizi & Virtù (2014).

 


Acclamé par le public et par la critique musicale internationale depuis sa fondation en 1997, le Quatuor Molinari se consacre au riche répertoire pour quatuor à cordes des 20e et 21e siècles, commande des oeuvres nouvelles aux compositeurs et initie des rencontres entre les musiciens, les artistes et le public.

Récipiendaire de dix-huit Prix Opus décernés par le Conseil québécois de la musique pour souligner l’excellence de la musique de concert, le Quatuor Molinari a reçu un Coup de coeur de l’Académie Charles-Cros de France pour son enregistrement des quatuors de R. Murray Schafer. De plus, le Quatuor Molinari est fier de partager un Prix Juno 2004 avec Schafer pour son enregistrement du 8e quatuor, œuvre qui s’est méritée le prix de la meilleure création de l’année.

Le nom de Molinari traduit bien l'engagement de ces musiciens à interpréter le répertoire de notre temps, car le peintre Guido Molinari a été un membre de l'avant-garde picturale canadienne pendant plus d'une quarantaine d'années. En plus de nombreuses œuvres canadiennes, le répertoire du Quatuor Molinari comprend entre autres, des oeuvres de Bartók, Berg, Britten, Chostakovitch, Glass, Korngold, Kurtág, Ligeti, Lutoslawski, Martinu, Penderecki, Proko¬fiev, Ravel, Scelsi, Schnittke, Schoenberg et Webern.

Qualifié par la critique canadienne d'ensemble "essentiel" et "prodigieux", voire de "pendant canadien aux quatuors Kronos et Arditti", le Quatuor Molinari s'est imposé comme l'un des meilleurs quatuors au Canada. Le Quatuor Molinari a été soliste avec l'Orchestre symphonique de Montréal sous la direction de Charles Dutoit à deux reprises et invité à de nombreux festivals et sociétés de concerts dont IJsbreker (Amsterdam), Festival Présences (Radio-France, Paris), Festival Octobre en Normandie (France), festival Les détours de Babel (Grenoble, France), IXe Festival International de musique contemporaine Musica Nueva (Mexique), Festival Vancouver, Vancouver New Music, Music on Main (Vancouver), Musiques au présent (Québec), Banff Centre, Music Toronto, New Music Concerts (Toronto), Toronto Summer Music Festival and Academy, Centre national des Arts d’Ottawa, Montréal/Nouvelles musiques, MusiMars, Festival du Domaine Forget, Festival international de Lanaudière, festival GroundSwell de Winnipeg, New Works Calgary, Tonus Vivus (Edmonton), Festival Orford, Festival international de musique de chambre d'Ottawa, Saskatoon Symphony Festival of New Music, Kitchener-Waterloo Chamber Music Society, Cordes du Futur (Ottawa), Five-Penny concert series (Sudbury), Aeolian Concerts de London, , le Festival Orgue et couleurs et Hill and Hollow Music (New York). En novembre 2013, il a fait une tournée de 6 concerts en Chine.

Le Molinari a commandé les 7e et 12e quatuors à R. Murray Schafer et a aussi créé ses 8e, 10e et 13e quatuors qui ont été écrits également pour lui. Le Quatuor a commandé et créé de nombreuses œuvres de compositeurs canadiens tels Otto Joachim, Nicolas Gilbert, Michel Gonneville, Marc Hyland, Analia Llugdar, Michael Matthews, Silvio Palmieri, David Scott, Ana Sokolovic, Éric Champagne et Kelly-Marie Murphy en plus d'assurer les premières nord-américaines de nombreuses oeuvres.

Le Quatuor Molinari est présentement en résidence au Conservatoire de musique de Montréal.

 


Premier prix Très Grande Distinction du Conservatoire d’art dramatique de Québec en 1968, Raymond Cloutier fonde, à l’automne 1969, Le Grand cirque ordinaire et produit de nombreuses tragédies musicales avec ce groupe d’acteurs créateurs. En 1976 il présente un spectacle solo, Mandrake chez lui, et l’année suivante, Le Rendez-vous d’août.

Parallèlement, de 1968 jusqu’à maintenant, il poursuit une carrière au cinéma qui débute avec Red et La Tête de Normande Saint-Onge, de Gilles Carle, et continue avec, entre autres, Les Vautours, Two Solitudes, Cordélia, Rien qu’un jeu, Le Grand zèle, Mathusalem 1 et 2, Liste noire, L’Ange de goudron et Mariages. Il participe aussi à de nombreuses téléséries dont Louis Riel, Duplessis, Montréal ville ouverte, Scoop, Ces Enfants d’ailleurs, L’Ombre de l’épervier, Cauchemar d’amour, ainsi qu’aux téléromans Monsieur le ministre, L’Agent fait le bonheur, À Plein temps, Les Machos, et Rivière des Jérémies.

De 1977 à aujourd’hui, il joue au théâtre émergent et sur les scènes institutionnelles dans des spectacles comme Salut Galarneau, Le Fou et la nonne, La Mandragore, Florence, Qui a peur de Virginia Woolf ?, Quatuor et Les Fourberies de Scapin. Pendant toutes ces années, il poursuit une carrière d’enseignant qui le conduira à la direction du Conservatoire d’art dramatique de Montréal de 1987 à 1995 et de 2007 à 2012. Il publie, en 1998, un premier roman, Un Retour simple, suivi d’un essai en 1999, Le Beau milieu, d’un second roman en 2000, Le Maître d’hôtel et de Théâtre chanté, en 2002.

De 2004 à 2008, il anime des émissions sur les arts, la culture et la littérature à la première chaîne de Radio Canada. En 2007, il fait un retour à la direction du Conservatoire d’art dramatique de Montréal. Depuis le 19 mars 2012, il est le directeur général et artistique du Théâtre Outremont.